Valse Ă  la vie

Une petite comptine, Une voix qui s’anime
Qui berce nos matins, Au début du chemin
Une chanson d’école, Des mots qui caracolent
Un petit vent d’espoir, Des lumières de foire

Une petite chansonnette, Qui met le cœur en fête
Tourne comme une ronde, Et fait chanter le Monde

Une petite ritournelle, Qui fait pousser des ailes
Qui défait tes cheveux, Et fait briller tes yeux
Une petite farandole, Qui peux te rendre folle
Qui fait bouger tes seins, Et frapper dans les mains

Une petite romance, Qui donne la cadence
Qui enivre les corps, et qui déjoue le sort


Une mélodie qui flâne, Les plaisirs que l’on glane
Les miettes de bonheur, Cueillis dans la ferveur
Une symphonie sans faille, une vie de travail
Pour gagner notre pain, La peur du lendemain

Une petite rengaine, Quand notre cœur saigne
Quand les amis s’éclipsent, Peu à peu de la liste

Une petite ballade, Quant on tombe malade
Ça ’n’ peux pas faire de mal, Juste avant l’Hospital
Une petite musique, comme un anxiolytique
Un traitement vocal, pour un cancer banal

Une petite cantate, Qui se glisse sans hâte
Et qui souffle la flamme, en avalant notre âme


Une Marche qui piétine, Un orgue qui lambine
Sous une pluie de roses, Une prière se pose
Une oraison qui traîne, nous mes la vie en peine
Et sépare les gens, Sans motif apparent

Une valse qui roule, Une larme qui coule
Les notes se mélangent, Dans le pays des Anges




Fermer cette fenĂȘtre