Les rues de Tana


       

Sous les toits de tôles ondulées, Tu survis dans les bas quartiers
                                  Sans panorama
Des écoles ou des O.N.G, l’eau courante, l’ é ….lectricité
                                   Il n’y en a pas

Il n’y a que des nuits sans sommeil, dans les taudis ou s’ amoncèlent
                                  Des rêves sans joie

C’est un labyrinthe qui gronde, ruelles et rizières se confondent
                               Quand la pluie s’en va


     Combien de gosses perdus ; combien de mains tendues
                                Aux désirs illusoires
         Gamins de l’infortune, enfants des nuits sans lune
                            Couchés sur le trottoir…………
                            Dans les rues de Tana…


Avec tes cheveux en bataille, ton petit sourire de canaille
                            Tu n’as pas le choix
Et le long des murs de la ville, Tu recherches l’argent facile
                               Il n’y en a pas

Il n’y a que la faim qui te ronge, comme un chagrin qui se prolonge
                               En chemin de croix

Tu peux prier tant que tu veux, les gestes qui viennent de Dieu
                                  Il n’y en a pas

 
      Combien de gosses perdus ; combien de mains tendues
                                Aux désirs illusoires
           Gamins de l’infortune, enfants des nuits sans lune
                              Couchés sur le trottoir………….

               Dans les rues de Tana……Les gamins de Tana



Fermer cette fenĂȘtre